Des remplacements

Mesdames et Messieurs, votre ou vos enfants sont au collège. Et un jour, un prof est absent pendant quelques semaines. Voyons ce qui a évolué depuis que notre brave ex Président applique la règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, sans faire aucune distinction chez lesdits fonctionnaires :

- Avant : le Chef d’établissement appelait le Rectorat, lui signalait qu’il avait besoin d’un remplaçant dans telle discipline. Le remplacement était effectué par un enseignant de la discipline concernée, dans un délai pas trop aberrant (quelques jours à quelques semaines).

- Après : alors pour faire simple, il n’y a plus de remplaçant ! Aujourd’hui les Chefs d’établissement ne s’adressent plus au Rectorat, mais directement à Pole Emploi. On leur propose donc des personnes titulaires d’une licence (bac +3) qui convient à peu près à la discipline (on fait en gros la différence entre scientifique et littéraire), sans tenir compte de quoi que soit d’autre ! Un petit entretien avec le Chef d’établissement quand même, et roule ma poule ! Vous voila propulsé « prof » sans autre forme de procès !

A moins que le contractuel ait déjà une expérience en milieu scolaire (surveillant par exemple), sinon, dans la plupart des cas, c’est une catastrophe : les malheureuses personnes acceptant ce genre de poste se font rapidement écraser par les classes dont ils ont la charge.

Sans parler du fait qu’ils ne savent pas quoi ni comment enseigner, ne savent pas évaluer, et ne connaissent rien à la structure de base d’un établissement scolaire….

Soit ces personnes restent et ne servent pas à grand chose d’un point de vue disciplinaire (quand on sait le temps que met un enseignant pour devenir efficace d’un point de vue pédagogique….), soit ils sont très rapidement « malades », soit ils démissionnent. Dans tous les cas, les élèves sont les grands perdants.

Par contre le ministère a tout intérêt à employer des contractuels plutôt que de vrais remplaçants : ils peuvent être renvoyés ou déplacés d’une année sur l’autre, sans problème.

Ne vous étonnez donc pas qu’il n’y ait plus de remplaçant, ou que les remplaçants de vos enfants fassent un peu n’importe quoi, voir rien du tout : ce ne sont plus, dans 90% des cas, des enseignants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>